Conformité

Parce que tout le monde mérite la même belle expérience

Étudiant étudiant dans une salle de classe à un bureau

Un handicap invisible

La perte auditive est considérée comme un handicap invisible en raison de plusieurs facteurs. Certaines personnes ne veulent tout simplement pas admettre qu'elles ont une perte auditive ; d'autres ne savent pas qu'il existe de nombreuses ressources, y compris des technologies d'assistance, disponibles pour aider. Tout le monde connaît quelqu'un avec une perte auditive et si nous avons la chance de vivre assez longtemps, à un moment donné, nous serons tous touchés par ce handicap.

Il est important d'être informé des technologies et des innovations pour aider les malentendants afin qu'ils puissent continuer à participer et à écouter les choses qu'ils aiment.

Pourquoi la conformité est importante

Plus de 5 % de la population mondiale – soit 430 millions de personnes – ont besoin d'une rééducation pour traiter leur perte auditive « invalidante » (432 millions d'adultes et 34 millions d'enfants). On estime que d'ici 2050, plus de 700 millions de personnes, soit une personne sur dix, souffriront d'une perte auditive invalidante. (Organisation mondiale de la santé, avril 2021).

Les malentendants sont souvent un groupe inconnu et mal desservi. Tout le monde connaît quelqu'un qui a une perte auditive, mais si vous demandez aux gens quels aménagements sont faits, ils n'ont souvent aucune idée que des aménagements d'aide à l'écoute sont disponibles.

Un aspect mal compris de la perte auditive est que même si les appareils auditifs sont excellents, ils ne fonctionnent pas dans toutes les situations. Les aides auditives fonctionnent très bien dans un environnement calme, mais dans les endroits avec beaucoup de bruit ambiant, un système d'aide à l'écoute est nécessaire pour bloquer les sons indésirables et délivrer le son directement aux oreilles des gens. Les personnes malentendantes ont besoin de plus de signal que de bruit - ce n'est pas utile si le son est juste plus fort.

Fournir des systèmes d'aide à l'écoute n'est pas seulement la loi dans de nombreux endroits, mais c'est la bonne chose à faire. L'écoute assistée aide les gens à se sentir inclus, connectés à leurs communautés et à vivre une vie plus riche et plus riche.

Plus de raisons de se conformer

  • Près de 20% des clients ont besoin d'une écoute assistée
  • Les clients ayant accès aux systèmes et appareils d'aide à l'écoute ont une bien meilleure expérience
  • C'est exigé par la loi dans de nombreux pays
  • Il y a des avantages fiscaux aux États-Unis –
    • Avantages fiscaux – formulaire 8826 : 2. Pour fournir des interprètes qualifiés ou autres méthodes de mettre du matériel audio à la disposition des personnes malentendantes;  http://www.irs.gov/pub/irs-pdf/f8826.pdf
  • Aux États-Unis, il existe des pénalités en cas de non-respect des exigences d'aide à l'écoute. Vous pourriez faire face à des ramifications juridiques et à des sanctions. Le ministère de la Justice (DOJ) a publié une règle finale qui décrit sanctions civiles allant de 55,000 $ à 150,000 $.
ADA-signage-Noir-pouce-550x772

Calculateur d'accessibilité à l'écoute assistée

Le calculateur d'accessibilité à l'écoute assistée vous guide à travers les exigences de conformité en fonction de votre emplacement et de la capacité de votre site.

La loi sur les Américains handicapés (ADA)

L'Americans with Disabilities Act (ADA) interdit aux entreprises et aux agences de discriminer sur la base du handicap. L'ADA établit également des exigences conçues pour garantir que des aménagements sont fournis aux personnes malentendantes. Ces logements comprennent des systèmes d'aide à l'écoute, qui sont nécessaires dans les nouvelles constructions, les rénovations ou partout où un système audiovisuel professionnel est installé ou mis à niveau. Les entreprises privées, les installations commerciales et les bâtiments publics de l'État ou locaux, fournissant des biens ou des services au public, sont tous tenus de faire de tels aménagements.

Se conformer à l'ADA signifie disposer d'un système d'aide à l'écoute dans toute zone de rassemblement où les communications audio font partie intégrante de l'utilisation de l'espace. Ces zones peuvent inclure des salles de classe, des salles d'audience, des salles de réunion publiques, des chambres législatives, des centres d'art du spectacle, des arènes, des centres de congrès et de nombreux autres espaces publics. La loi exige également une signalisation pour informer les clients qu'un tel système est disponible.

Comment se conformer à l'ADA

Zones de rassemblement

Aux États-Unis, en vertu de l'Americans with Disabilities Act, une zone de rassemblement est définie comme un bâtiment ou une installation, ou une partie de celle-ci, utilisée à des fins de divertissement, d'éducation, de rassemblements civiques ou à des fins similaires. Les zones de rassemblement spécifiques qui nécessitent des systèmes d'aide à l'écoute comprennent, sans s'y limiter : les salles de classe, les salles de réunion publiques, les chambres législatives, les cinémas, les auditoriums, les théâtres, les théâtres, les dîners-spectacles, les salles de concert, les centres des arts de la scène, les amphithéâtres, les arénas , stades, tribunes ou centres de congrès.

Nombre requis de récepteurs

Ce tableau détaille le nombre de récepteurs ou d'ALD requis en fonction du nombre de places assises. Si une zone a une boucle auditive, les récepteurs compatibles avec les aides auditives ne sont pas nécessaires, mais ils sont nécessaires avec d'autres types de systèmes comme indiqué dans le tableau.

Contactez Listen pour un devis personnalisé en fonction de votre capacité d'accueil au +1.801.233.8992 ou 1.800.330.0891.

CapacitéNombre minimum de récepteurs requisNombre minimum de récepteurs pour être compatibles avec les aides auditives**
50 ou moins22
Entre 51 et 2002 plus 1 pour 25 sièges au-delà de 50 sièges*1 pour 4 récepteurs*
Entre 201 et 5002 plus 1 pour 25 sièges au-delà de 50 sièges*1 pour 4 récepteurs*
Entre 501 et 100020 plus 1 pour 33 sièges au-delà de 500 sièges*1 pour 4 récepteurs*
Entre 1001 et 200035 plus 1 pour 50 sièges au-delà de 1000 sièges*1 pour 4 récepteurs*
2001 et plus55 plus 1 pour 100 sièges au-delà de 2000 sièges*1 pour 4 récepteurs*

*Ou fraction de celui-ci
**En utilisant le tour de cou/lanière intégré Listen LA-430 avec les récepteurs iDSP LR-x200 ou le tour de cou LA-166 avec les récepteurs standard LR-x00 ou LR-4x

Récepteurs compatibles avec les appareils auditifs

Un récepteur est compatible avec les prothèses auditives lorsqu'il fonctionne avec une bobine téléphonique installée dans une prothèse auditive ou un implant cochléaire. Les améliorations technologiques ont augmenté les options pour les récepteurs compatibles avec les aides auditives, y compris le tour de cou dans la technologie de la lanière, permettant au son d'être transmis de la lanière directement à la bobine téléphonique ou à l'implant cochléaire.

Signalisation

Une partie importante de la conformité est la signalisation indiquant la disponibilité des appareils d'aide à l'écoute. Les sites sont tenus d'afficher des panneaux avec le symbole international d'accès à un système d'aide à l'écoute. Cliquez sur ici pour plus d'information.

Mise en vigueur

Le département américain de la Justice (DOJ) est l'entité chargée de l'application de l'ADA. Si une personne se rend dans un lieu, demande un système d'aide à l'écoute et qu'aucun n'est fourni, cette personne peut déposer une plainte auprès du ministère de la Justice. Le ministère de la Justice peut alors déposer une plainte. Si, à ce stade, le propriétaire du lieu est jugé non conforme, des sanctions civiles sont souvent appliquées.

Crédit d'impôt américain

Les entreprises peuvent bénéficier d'un avantage fiscal pour les systèmes d'aide à l'écoute. Les petites entreprises peuvent être admissibles à un crédit d'impôt pouvant aller jusqu'à 5000 15,000 $ et toute entreprise peut bénéficier d'une déduction fiscale pouvant aller jusqu'à XNUMX XNUMX $. Dans certains cas, l'économie d'impôt peut couvrir une partie importante de l'achat.

Se conformer à la loi européenne sur l'accessibilité

En mars 2019, le Parlement européen a adopté l'Acte européen sur l'accessibilité - EAA. La loi prévoit des aménagements pour les personnes à mobilité réduite, visuelles et auditives. La loi se concentre sur les exigences d'accessibilité communes pour les produits et services numériques (par exemple les téléphones, les sites Web, les services bancaires, le commerce électronique).

Le Loi d'accessibilité européenne est une directive qui vise à améliorer le fonctionnement du marché intérieur des produits et services accessibles, qui ont été identifiés comme étant les plus importants pour les personnes handicapées tout en étant les plus susceptibles d'avoir des exigences d'accessibilité divergentes dans les pays de l'UE.

Les entreprises bénéficient :

  • Règles communes sur l'accessibilité dans l'UE conduisant à une réduction des coûts
  • Commerce transfrontalier plus facile
  • Plus d'opportunités de marché pour leurs produits et services accessibles

 

Les personnes handicapées et les personnes âgées bénéficient :

  • Produits et services plus accessibles sur le marché
  • Des produits et services accessibles à des prix plus compétitifs
  • Moins d'obstacles à l'accès aux transports, à l'éducation et au marché du travail ouvert
  • Plus d'emplois disponibles où une expertise en accessibilité est nécessaire

 

Au chapitre I, article 2, alinéa 1 b), de la Directive (UE) 2019/882 du Parlement européen et du Conseil du 17 avril 2019 sur les exigences d'accessibilité pour les produits et services, précise que les services donnant accès à des services de médias audiovisuels sont soumis à la loi.

Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

Adoptée en 2006, la Convention relative aux droits des personnes handicapées a été ratifiée par 182 pays à travers le monde.

La Convention fait suite à des décennies de travail des Nations Unies pour changer les attitudes et les approches envers les personnes handicapées. Il porte à un nouveau sommet le mouvement consistant à considérer les personnes handicapées comme des « objets » de charité, de traitement médical et de protection sociale vers une vision des personnes handicapées comme des « sujets » avec des droits, qui sont capables de revendiquer ces droits et de prendre des décisions pour leur vie sur la base de leur consentement libre et éclairé ainsi que d'être des membres actifs de la société.

La Convention est conçue comme un instrument des droits de l'homme avec une dimension explicite de développement social. Il adopte une catégorisation large des personnes handicapées et réaffirme que toutes les personnes atteintes de tous types de handicaps doivent jouir de tous les droits de l'homme et libertés fondamentales. Ce
clarifie et qualifie la manière dont toutes les catégories de droits s'appliquent aux personnes handicapées et
identifie les domaines où des adaptations doivent être apportées pour que les personnes handicapées puissent exercer efficacement leurs droits et les domaines où leurs droits ont été violés, et où la protection des droits doit être renforcée.

Le but de la présente Convention est de promouvoir, protéger et garantir la pleine et égale jouissance de tous les droits de l'homme et libertés fondamentales par toutes les personnes handicapées, et de promouvoir le respect de leur dignité inhérente.

Les personnes handicapées comprennent celles qui ont des déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles à long terme qui, en interaction avec divers obstacles, peuvent entraver leur participation pleine et effective à la société sur un pied d'égalité avec les autres. (De:  https://www.un.org/development/desa/disabilities/convention-on-the-rights-of-persons-with-disabilities/convention-on-the-rightsof-
personnes-handicapées-2.html)

L'article 9 de la Convention – Accessibilité stipule ce qui suit : « … Pour permettre aux personnes handicapées de vivre de manière indépendante et de participer pleinement à tous les aspects de la vie, les États parties prennent les mesures appropriées pour garantir aux personnes handicapées l'accès, sur un pied d'égalité avec les autres. , à l'environnement physique, aux transports, à l'information et aux communications, y compris les technologies et systèmes d'information et de communication, et aux autres installations et services ouverts ou fournis au public, tant en milieu urbain qu'en milieu rural.

La convention invite les parties ratifiées à prendre les mesures appropriées :

a) Élaborer, promulguer et surveiller la mise en œuvre de normes minimales et de lignes directrices pour l'accessibilité des installations et des services ouverts ou fournis au public ;

b) Veiller à ce que les entités privées qui offrent des installations et des services ouverts ou fournis au public prennent en compte tous les aspects de l'accessibilité pour les personnes handicapées ;

c) Offrir une formation aux parties prenantes sur les problèmes d'accessibilité auxquels sont confrontées les personnes handicapées ;

d) Fournir dans les bâtiments et autres installations ouvertes au public une signalisation en braille et sous des formes faciles à lire et à comprendre ;

e) Fournir des formes d'assistance en direct et des intermédiaires, y compris des guides, des lecteurs et des interprètes professionnels en langue des signes, pour faciliter l'accessibilité aux bâtiments et autres installations ouvertes au public ;

f) Promouvoir d'autres formes appropriées d'assistance et de soutien aux personnes handicapées afin d'assurer leur accès à l'information ;

g) Promouvoir l'accès des personnes handicapées aux nouvelles technologies et systèmes d'information et de communication, y compris Internet ;

h) Promouvoir la conception, le développement, la production et la distribution de technologies et de systèmes d'information et de communication accessibles à un stade précoce, afin que ces technologies et systèmes deviennent accessibles à un coût minimum.

Pour plus d'informations sur les participants ratifiés, visitez le site Collection des traités des Nations Unies.

 

 

Trouver des emplacements et des lieux

Découvrez les endroits qui fournissent des systèmes d'aide à l'écoute dans les lieux près de chez vous avec le localisateur ALD. Son objectif est de donner accès à des structures d'aide à l'écoute et à des entreprises. Vous pouvez également soumettre des emplacements offrant une aide à l'écoute à ajouter au localisateur.

Trouvez le localisateur ALD sur www.ALDlocator.com.

Un guide d'écoute assistée ; Comprendre la conformité obligatoire

En 2010, de nouvelles normes pour l'ADA sont entrées en vigueur (ces normes sont entrées pleinement en vigueur le 15 mars 2012, obligatoires pour toutes les nouvelles constructions ou rénovations). Téléchargez l'ebook, A Guide to Assistive Listening; Comprendre la conformité obligatoire pour en savoir plus sur les changements, en particulier pour les systèmes d'aide à l'écoute et inclure de nouvelles technologies pour répondre aux directives.

Aperçu miniature de la brochure « Comprendre la conformité obligatoire ».

Guide d'écoute assistée : Comprendre la conformité à la législation canadienne

Les exigences de conformité à l'aide à l'écoute au Canada sont préparées sous la direction de la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies et décrites dans le Code national du bâtiment. Bien qu'elles soient préparées au niveau central par le gouvernement fédéral, l'application et l'adoption des exigences relatives à l'écoute assistée relèvent de la responsabilité des autorités provinciales et territoriales compétentes. En d'autres termes, certaines provinces et territoires canadiens adoptent les exigences suggérées par le gouvernement fédéral pour les systèmes d'aide à l'écoute et d'autres ont les leurs. Vous trouverez ci-dessous les exigences pour chaque province et territoire.

Aperçu de l'écoute assistée

Veuillez noter que Vous devez toujours vérifier les réglementations de conformité locales dans votre pays. Chaque pays a sa propre réglementation. Contactez vos autorités locales pour obtenir plus d'informations sur le sujet.

Ces informations ne sont pas destinées à se substituer à des conseils juridiques ou à des avis juridiques. Vous devriez toujours obtenir des conseils juridiques qui sont spécifiques à vous et à votre situation. Ces informations sont uniquement des informations générales et ne remplacent PAS des conseils juridiques ou des avis juridiques. Entre autres choses, ces informations peuvent ne pas refléter les développements juridiques actuels ou d'autres problèmes qui peuvent s'appliquer à vos circonstances et situations spécifiques.