• Chargement en cours ...
Il y a eu une sorte de relation dichotomique intrigante entre notre « équipement de test » et nos autres « équipements de test »… vous savez, ce qui est écrit TEF, HP et Tek dessus. Il y a peut-être une plus grande dichotomie entre ces deux, ensemble, et le logiciel de modélisation qui est censé permettre à notre appareil auditif de faire son travail le plus efficacement possible d'une manière qui se rapporte au monde extérieur.
C'est assez intéressant que cela rentre dans cet adage selon lequel le gars avec deux montres n'est pas capable de dire l'heure avec une quelconque précision. Nous avons deux ensembles de matériel de test… nos oreilles et notre cerveau, et les boîtiers TEF, HP et Tek. Pouvons-nous dire quelque chose d'utile de tout cela ensemble?
Pendant des générations, des professeurs de son, comme Don et Carolyn, Pat et Brenda, et bien d'autres… Je ne mentionne ceux-ci que pour sucer… qui insistent pour que vous utilisiez la science nécessaire pour concevoir des systèmes et spécifiez des « corrections » pour les pièces en plus élément important sur « l'écoute » de la pièce, aussi. (Oh, ouais. désolé pour le truc des "générations", les gars.)
Ils signifiaient tous que si la pièce sonnait toujours mal lorsque vous aviez terminé, vous aviez soit fait une erreur avec l'équipement de test et la solution prescrite, soit vous aviez un problème d'audition. Soit dit en passant, bravo pour une déclaration qui clarifie fortement le problème… puisque le problème est de permettre à l'audition humaine de se dérouler efficacement. Il ne s'agit pas de construire un système de son, c'est un remède mais ce n'est pas un objectif final.
Quoi qu'il en soit, la dichotomie intervient lorsque vous réalisez que votre équipement de test embarqué modifie les données avant même que vous ne soyez conscient que vous les avez. Voici comment voir de quoi je parle : Prenez un enregistreur de poche qui a une bonne bande passante et un haut-parleur de qualité et enregistrez les conversations dans une pièce. En même temps, notez ce qui a été dit et ce que vous avez entendu. Notez ce que vous avez entendu comme « anomalies » dans la pièce… des choses comme la réverbération et l'écho.
Maintenant, lisez l'audio enregistré et faites la même chose avec ce que vous écoutez. Même si vous emmeniez l'enregistrement dans une pièce anéchoïque pour la lecture, vous entendriez toujours toutes sortes de choses dans l'audio enregistré dont vous ne vous souvenez pas lors des tests en direct. Évidemment, cela a à voir avec le temps et c'est votre cerveau qui traite l'audio en temps réel qui ignore essentiellement toutes les « paillettes » de l'audio en direct afin que vous puissiez mieux le comprendre. L'enregistreur ne fait pas cela et une fois que vous avez interrompu la synchronisation temporelle, vous pouvez facilement détecter la présence de l'audio « extra ».
Pensez-y de cette façon, l'homme ancien avait besoin d'utiliser ses oreilles pour détecter les choses "qui se cognent dans la nuit" et dans les bois autour de lui afin que son lien oreille-cerveau ait appris à se concentrer sur les choses importantes et à ignorer les bruits parasites. Il entendrait le doux « reniflement » d'un tigre et non le vacarme constant des grillons et des grenouilles.
D'une manière existentielle, cet exemple nous dit que nous ne pouvons vraiment pas faire confiance à nos oreilles… elles ont été « secouées »… mais nous pouvons apprendre à travailler avec ce tremblement. C'est comme toute forme de pré-distorsion… si vous savez qu'elle est là et pouvez la décrire, vous pouvez créer un « filtre » qui l'annulera. C'est fait tout le temps dans la technologie. Un grand exemple est l'ajout de batteries de condensateurs aux lignes de transmission à haute puissance pour submerger une partie de la réactance inductive que vous trouverez sur des fils très longs. Ceux-ci réalignent correctement le courant et la tension, réduisant ainsi la "distorsion" et les pertes. Idem pour les lignes téléphoniques, si elles sont toujours analogiques.
Un exemple plus familier pour nous, les vieux duffers, est la courbe RIAA sur les disques. Cette réduction du LF et l'amplification du HF ont été effectuées à l'extrémité de l'enregistreur en partie pour réduire le bruit et en partie pour que les petits gribouillis du signal s'insèrent dans une "largeur" ​​réaliste sur la surface d'enregistrement… une largeur que le stylet pourrait suivre sans frapper d'autres gribouillis ou manquer de la salle mécanique. Le filtre opposé dans le préampli phono rétablit (en quelque sorte) l'équilibre énergétique en boostant le BF et en atténuant le HF en espérant que la somme des deux filtres serait « nulle » pour permettre de lire un disque pour qu'il sonne bien . J'ai déjà possédé un préampli qui avait une sélection qui me permettait d'éteindre les filtres RIAA et mes disques sonnaient tous… « brillants ». Oui. C'est le mot... "lumineux".
Les « données » du dossier sont-elles correctes ? Non. Il a été calibré, mais il a été calibré et compris de manière à pouvoir être remonté correctement lorsque cela est nécessaire.
En ce qui concerne nos oreilles, nous pouvons voir que si nous comprenons que ce que « nous entendons » en tant qu'individus est strictement le nôtre et n'appartient à personne d'autre, nous pouvons voir comment nous pouvons relier notre capacité auditive personnelle à un bon son… si nous avons une référence. Une note personnelle : si je pense que le système de sonorisation est un peu brillant, ce n'est probablement pas le cas, mais je le sais et je m'attends à ce qu'un système bien ajusté soit… comment Mackie l'appelait-il ? « aéré ? »
Il s'agit d'établir une norme « personnelle »… comme un record personnel dans un événement sportif… et non de corriger vos oreilles pour qu'elles soient « parfaites ». (Je ne sais pas ce que cela signifie.) Quoi qu'il en soit, voici où entrent les trucs avec les cases marquées TEF et HP et Tek.
Si nous aménageons une pièce pour répondre aux « normes » de son « parfait », le mesurons et écoutons la pièce, puis nous allons dans une autre pièce et l'installons de sorte que l'équipement de test lise la même chose et, pour nous en tant qu'individus, la pièce « sonne » de la même manière, alors nous pouvons dire avec une certaine assurance que nous avons reproduit fidèlement non pas la pièce mais le « son » de la pièce A dans la pièce B, ce qui était notre travail.
Il est important de se rappeler que la norme est basée sur deux ou trois choses. Le premier est la capacité mesurée de la plupart des humains… environ 20 Hz à 20 kHz… à détecter l'air en mouvement d'une manière qui se rapporte au « son ». Ainsi, les deux deviennent conjugués et nous pouvons utiliser le terme « air en mouvement » de manière interchangeable avec « son ». Pas très pratique, mais vous pourriez le faire si vous vouliez que les gens vous regardent de façon amusante. Il est également basé sur l'idée que l'équipement d'essai mécanique (HP, Tek, TEF, etc.) peut correctement relier cette capacité mesurée aux lois de la science dans des domaines tels que la pression atmosphérique et la charge.
En testant une pièce, nous examinons l'équipement de test et mesurons pour voir si nous répondons aux "spécifications" dérivées de ce que nous pensons que la pièce devrait faire, si vous voulez, le modèle théorique ou prédit. Si nous avons prédit que la pièce aurait un RT60 de 0.5, pour n'utiliser qu'un seul paramètre, et que l'équipement de test est d'accord, alors nous pouvons écouter la pièce et dire, encore une fois avec une certitude raisonnable (dans les limites de ce seul paramètre ,) que ce que nous entendons devrait sonner exactement comme ça si nous placions le même transducteur à un endroit identique dans une pièce identique qui mesurait de la même manière.
Si nous entraînons nos oreilles à « connaître » ces comparaisons, alors elles nous sont utiles en tant qu'outils et cela fait partie de l'endroit où nos oreilles sont comme des vumètres. Le VU-mètre est un indicateur de volume (VI… vous vous souvenez de l'autre article ?) qui lit en dB et mesure ostensiblement la puissance audio. Ce n'est pas vraiment le cas car il n'y a pas de moyen pratique de mesurer directement la puissance, il affiche donc vraiment la résultante d'une "variable" par rapport à une "connue", résultante que nous pouvons appeler "puissance" si nous le voulons. La même chose avec nos oreilles. En réalité, ils ne réagissent qu'à la pression de l'air et c'est cette pression d'air vibrante que nous appelons « son » et c'est ce que notre cerveau a été entraîné à déclarer comme « son » lorsque nos oreilles réagissent aux changements de pression d'air.
Dans ce cas, il n'y a aucun problème à avoir un appareil auditif, il s'agit (peu simplement) de réentraîner vos oreilles à « savoir » à quoi devrait ressembler une pièce avec certaines caractéristiques ET d'être capable de reconnaître quand votre propre audition a modifié pour déformer les « données » que vos oreilles collectent afin que d'autres mesures correctives puissent être prises. Vous pourriez considérer que quelque chose comme des bouchons d'oreilles était en quelque sorte une aide auditive. Si vous mettez des bouchons d'oreille et allez au concert, vous entendrez toujours les choses mais différemment. En peu de temps, votre lien oreille-cerveau "remplira les blancs" sur ce que les bouchons arrêtent et vous pourrez profiter de la musique. La même chose avec les aides auditives… dans un certain temps, vous « remplirez les blancs » et même si vous n'entendez plus jamais de fréquences spécifiques, vous pourrez utiliser votre lien oreille-cerveau non seulement pour le plaisir mais aussi pour le travail.
Dans une large mesure, la plupart d'entre nous doivent travailler à penser en termes d'« identité » et à l'accepter. Autre exemple : pouvez-vous utiliser un tournevis pour ouvrir un pot de peinture ? Bien sûr, mais est-ce la bonne utilisation d'un tournevis ? Non, ce n'est pas le cas, mais vous pouvez le faire et le justifier en fixant comme condition que « l'ouverture du pot de peinture » ​​est le but, et non « correctement à l'aide d'un tournevis ». Si vous avez suivi un cours « ouverture de pot de peinture », vous obtiendrez un A, si vous suivez un cours « utiliser correctement un tournevis », vous obtiendrez un F. Les deux pour la même action.
Lorsque cette logique est appliquée à l'audition et aux appareils auditifs, vous pouvez voir que le but n'est pas d'entendre parfaitement mais d'entendre utilement.
Peut-être qu'en considérant que notre lien oreille-cerveau est un élément important de l'équipement de test dans notre boîte à outils et en reconnaissant que TOUS les équipements de test doivent être calibrés et « recalibrés » de temps en temps, nous pouvons voir que même si nous ne le faisons pas entendre la façon dont nous l'avons fait et peut-être aussi bien que nous l'avons fait, nous pouvons toujours utiliser le lien oreille-cerveau dans cette capacité « outil » très importante.
Une note finale : la plupart des « standards » que nous utilisons sont dérivés, sinon toujours fermement, de clous à des objets artificiels, littéralement comme la longueur du doigt du roi. Pourquoi alors nous embêtons-nous avec des équipements de test calibrés à une fraction de dB dans la plupart des cas et pourquoi essayons-nous de régler les systèmes avec une précision d'un dB ? Nos oreilles pourraient être capables de discerner un dB, très probablement 3 dB et le public peut-être 10 dB s'il parvient à traverser le bruit de sa propre existence.
C'est encore plus idiot dans le travail RF. La FCC a une « norme » pour la précision de l'instrument de 2%. Maintenant, il se trouve que je possède deux compteurs d'intensité de champ… ceux-ci mesurent le niveau de tension d'un signal radio "dans l'espace" qui sont étalonnés par l'usine de temps en temps pour être dans la plage de 1% par rapport à la norme d'usine, ce qui est un autre mesureur d'intensité de champ qui a été comparé à la petite antenne et au signal "standard" de Boulder, CO. (Envoyez le vôtre à Ray, il se fera un plaisir de le faire passer !!)
La blague est que la meilleure précision à laquelle vous pouvez vous attendre sur le terrain en utilisant tout ce matériel bien calibré est de l'ordre de 10 %. Même si vous utilisez une méthode différente de celle du FIM (Field Intensity Meter..intelligent, hein?) niveau de précision approximatif. C'est naturel.
Je suppose que la question primordiale doit être de savoir si nous devons simplement abandonner et céder et laisser les normes se relâcher ou si nous devons nous en tenir à nos canons scientifiques et essayer pour le mieux. Je penche pour ce dernier mais je suis prêt à soumettre le premier si c'est le mieux que je puisse obtenir ! Étant un bon enfant chrétien, j'ai été élevé pour honorer le diktat de la « Maison sur le rocher », par opposition au sable. Il y avait aussi ce petit mot sur "Forbidden Fruit" mais… laissez passer.
Mon beau-père, le Dr Bob Hahn, l'a mieux dit quand j'en ai discuté avec lui… il a 84 ans… il a dit que son audition n'était plus aussi bonne qu'avant, mais ensuite, ça ne l'a jamais été.
Cela nécessite du café.
Gardez-le hors du ROUGE !
Trois récepteurs ListenTALK séparés d'affilée avec des noms de groupe différents sur chaque écran d'affichage.
Inscrivez-vous à notre infolettre

Nous serions ravis de fournir des informations précieuses directement dans votre boîte de réception une fois par mois.

Heureuse femme souriante travaillant dans un centre d'appels
Comment pouvons-nous vous aider ?

Nous serions ravis de répondre à vos questions, de vous fournir un devis détaillé ou de vous envoyer plus d'informations.

S'abonner à l'infolettre
Consentement